Rythmes scolaires : le compte n’est pas bon

Inquiétude chez les associations d’élus à l’heure de la rentrée scolaire. En cause, l’insuffisante compensation par l’Etat du coût pour les communes de la réforme des rythmes scolaires. Estimé par plusieurs études et rapports à plus de un milliard d’euros, selon l’Association des maires de France (AMF), le coût de cette réforme ne sera compensé qu’à hauteur de 400 millions d’euros à en croire la loi de finances initiale pour 2015. Un reste à charge trop lourd pour les représentants des communes, en particulier pour l’Association des petites villes de France (APVF) qui appelle aujourd’hui de ses vœux « un meilleur financement de cette réforme décidée par voie réglementaire au niveau national et qui porte sur une compétence de l’Etat ». Un effet de ciseau qui pose également plus que jamais la question du recours aux bénévoles dans le cadre de la mise en place de cette réforme.

Be the first to comment on "Rythmes scolaires : le compte n’est pas bon"

Laissez un commentaire