PREVENTION SPECIALISEE : LES DEPARTEMENTS POINTES DU DOIGT

C’est « une politique à part entière » que constitue la prévention spécialisée, souligne le tout récent rapport de l’Assemblée nationale consacré à ce sujet et présenté le 1er février par Kheira Bouziane-Laroussi (députée PS de la Côte-d’Or, photo) et Denis Jacquat (député LR de la Moselle). Les parlementaires, qui constatent que ce secteur traverse aujourd’hui une « crise sans précédent », s’inquiètent du désengagement de certains départements, tandis que les professionnels de la prévention spécialisée doivent aujourd’hui faire face à de nouveaux enjeux en matière de jeunesse : aggravation du taux d’échec scolaire, important taux de chômage, influence du radicalisme…Aussi ces parlementaires préconisent-ils de « réaffirmer le rôle des départements dans le financement de la prévention spécialisée », en particulier en inscrivant cette compétence obligatoire dans le Code de l’action sociale et des familles. Si une telle proposition devait être suivie, elle permettrait au juge de pouvoir constater la carence des départements concernés. Elle ne résoudrait cependant en rien la question essentielle de leur manque de moyens financiers.